touches-pas-à-mon-faso-je-suis-ouaga-burkinapourtous-fr

Le décompte des victimes serait de 30 morts issus de 18 nationalités et d

e nombreux blessés lors de l'attaque terroriste qui a endeuillé la si paisible Ouagadougou au Burkina Faso.

Lors de cet assaut meurtrier, les forces ont réussit tout de même à libérer près de 130 personnes dont 33 blessées, selon le rapport de Mr Simon Compaoré, le tout nouveau ministre de l'Intérieur.

 

Nombreux sont ceux qui auraient aimé voir le Burkina Faso prendre plus de responsabilités s'agissant de la riposte face à cette lâche agression et non pas des soldats Français/Américains au devant de la "ligne de front", à la pointe des opérations !! Au lieu de cela, les forces de sécurité Burkinabé ont mis plus de deux heures, vendredi soir, à arriver sur les lieux de l’attaque, la plupart n'ayant même pas été contactés par leurs hiérarchies !!

 

Mauvaise coordination parmi les effectifs, équipement vieillot et désuet, centres de renseignements inexistants, on peut dire que l'absence du J. Edgar Hoover Burkinabé - actuellement emprisonné à la MACA - et de son ancienne unité s'est cruellement faite ressentir .. Si vomi par le peuple pour ses excès, le RSP semblait plus au service de Blaise qu'à celui du peuple, il constituait néanmoins une force opérationnelle redoutable et de plus, il avait la seule unité antiterroriste du pays, des éléments formés aux quatre coins de la planète et équipés des derniers armements et matériel de pointe.

Cette "prise de guerre" ayant été redistribuée, lors de sa dissolution aux quatre coins du pays et ce, dans la précipitation que l'on peut subodorer au lendemain de l'attaque du camp camp naaba koom, l'on peut se demander s'il en sera fait bon usage voir même, si la cargaison arrivera bel et bien à destination ..

La France visée !!

Le Burkina Faso est un pays souverain et s'il est vrai qu'avec la France il y a des liens historiques forts et indéfectibles, on peut se demander si l'heure n'est pas venue pour ce pays surprenant d'apprendre à vivre par ... lire la suite ICI